Publié par

Publication de : G. Chambon – FM 15. Les archives d’Ilu-kân : gestion et comptabilité du grain dans le palais de Mari

Nous sommes heureux d’annoncer la publication de : G. Chambon, Florilegium marianum XV. Les archives d’Ilu-kân : gestion et comptabilité du grain dans le palais de Mari, Mémoires de N.A.B.U. 19, Paris, 2018.

215 p., couverture rigide, 205 textes (dont 74 publiés pour la première fois)

ISBN : 978-2-9538653-9-4

Prix : 40 euros + frais de port.

Commande et paiement possibles sur notre boutique en ligne : http://sepoa.fr/?product=2018-memoires-de-nabu-19.

Publié par

Publication de : B. Fiette – Archibab 3. Le Palais, la terre et les hommes

Nous sommes heureux d’annoncer la publication de : B. Fiette, Archibab 3. Le Palais, la terre et les hommes. La gestion du domaine royal de Larsa d’après les archives de Šamaš-hazir, Mémoires de N.A.B.U. 20, Paris, 2018.

446 p., couverture rigide, 1 carte, 16 nouveaux textes édités.

ISBN : 979-10-97449-00-1

Prix : 50 euros + frais de port.

Commande et paiement possibles sur notre boutique en ligne : http://sepoa.fr/?product=2018-memoires-de-nabu-20.

 

Résumé 

Les archives de Šamaš-hazir sont une illustration de la domination babylonienne sur le Sud mésopotamien, depuis la victoire de Hammu-rabi de Babylone sur l’ancien roi de Larsa Rim-Sin en 1763 av. J.-C. jusqu’à sa mort en 1750. Elles permettent de traiter la question du Palais, de la terre et des hommes autour de ces trois axes :

– la province de Larsa, en tant que territoire conquis et administré par les Babyloniens,

– le domaine royal, composé des terres de service et de la réserve du Palais de Babylone,

– le domaine d’un Babylonien autour de Larsa, à travers les possessions de Šamaš-hazir.

Les textes composant ces archives ont été exhumés par des fouilleurs clandestins, qui pillèrent le site de Tell Senkereh au début du XXe siècle. Cela eut pour conséquence d’arracher ces tablettes à leur contexte archéologique d’origine et, après leur passage sur le marché des antiquités, de les disperser dans plusieurs collections. Celles-ci sont désormais conservées en grande majorité à l’Ashmolean Museum d’Oxford et au Musée du Louvre. On compte également plusieurs lots en Amérique du Nord : dans la Babylonian Collection de l’Université de Yale (dont 5 tablettes publiées en annexe), les collections des Universités de Berkeley et du Michigan, de la Free Library de Philadelphie, du Smith College (Massachusetts), et dans les réserves du Royal Ontario Museum de Toronto (10 tablettes publiées en annexe) ; en Europe : au Musée d’Art et d’Histoire de Genève, au British Museum (1 tablette publiée en annexe).

La reconstitution des archives de Šamaš-hazir a représenté un enjeu capital, qui est passé notamment par leur édition électronique dans la base de données ARCHIBAB. Le site web www.archibab.fr donnera bientôt librement accès aux transcriptions, traductions et analyses des 337 documents d’archives de Šamaš-hazir : 199 lettres, 133 documents administratifs, juridiques ou comptables et 5 scellements d’argile.

Il faut souligner que nous avons affaire aux archives mortes de ce personnage : celles-ci ne comportent aucun document à valeur juridique permanente, comme par exemple des contrats d’achats. Šamaš-hazir et sa famille ont visiblement quitté Larsa quelque temps après le décès de Hammu-rabi en 1750.

Environ trois quarts de ce corpus ont trait aux activités professionnelles de Šamaš-hazir en tant que gestionnaire (šassukkum) du domaine royal de Hammu-rabi de Babylone dans la province de Larsa. On y trouve sa correspondance passive avec le roi ou le ministre Lu-Ninurta, ainsi que des registres de récoltes, des rapports d’activités d’exploitants agricoles, ou encore des documents circulant en interne au sein du service de Šamaš-hazir (notes d’activités, mémorandums, listes de champs). Ces documents permettent de traiter différentes questions se rattachant toutes à la problématique de la mainmise babylonienne sur les terres du Sud mésopotamien.

Le premier chapitre porte ainsi sur l’exercice du pouvoir babylonien dans le Sud mésopotamien conquis. Les archives de Šamaš-hazir, recoupées avec les archives épistolaires de Sin-iddinam, le gouverneur du Yamutbalum, nous informent sur l’administration provinciale et sur ses dignitaires, qui sont notamment en charge de faire régner l’ordre et la justice babyloniennes et d’exploiter les ressources naturelles pour le compte du Palais de Babylone.

Le deuxième chapitre porte plus spécifiquement sur la politique et la gestion de la terre dans le domaine royal de Larsa. À travers les archives du šassukkum, on peut examiner l’organisation du domaine royal avec une grande précision. D’une part, le roi distribue des champs alimentaires pour rémunérer ses serviteurs – qu’ils soient militaires, membres du clergé ou professionnels de tout métier – et d’autre part, il fait exploiter des champs pour le compte du Palais. De plus, Šamaš-hazir est chargé de résoudre les problèmes d’irrigation et les litiges entre les titulaires et les exploitants de ces terres.

Le dernier quart des archives de Šamaš-hazir a trait à son domaine privé, qui constitue l’objet du troisième et dernier chapitre. Ses possessions étaient composées de champs, de palmeraies, de vergers, de troupeaux ovins et caprins. 14 lettres issues de sa correspondance familiale, ou adressées par les dépendants et les partenaires de son domaine, à lui-même ou à son épouse Zinu qui est très impliquée dans la gestion de la maison et du domaine, ainsi que 74 documents juridiques (contrats d’exploitation de champs et de palmeraies, contrats de pacage, prêts de denrées diverses) ou comptables (reçus de denrées diverses, récapitulatifs de comptes annuels, une liste de distribution de rations) témoignent directement de la vie économique de son domaine. Bien que relevant des activités privées de Šamaš-hazir, l’étude de ces documents se rattache également à la question de la manifestation du pouvoir babylonien dans le Sud, eu égard au fait que Šamaš-hazir est un ressortissant babylonien qui s’est bâti un vaste domaine aux alentours de Larsa, sans doute en faisant fructifier des biens de fonctions reçus en possession de la part du Palais de Babylone.

 

Publié par

Publication de : H. Reculeau – L’agriculture irriguée à Mari

Nous sommes heureux d’annoncer la publication de : H. Reculeau, Florilegium marianum XVI. L’agriculture irriguée à Mari : essai d’histoire des techniques. Mémoires de N.A.B.U. 21, Paris, 2018.

2 tomes | LIVRES RELIÉS, COUVERTURES RIGIDES

ISBN tome 1 : 979-10-97449-01-8 | 305 p.

ISBN tome 2 : 979-10-97449-02-5 | 230 p. + 4 cartes (et nombreuses photos)

Prix : 70 euros les 2 tomes + frais de port.

Commande et paiement possibles sur notre boutique en ligne : http://sepoa.fr/?product=2018-memoires-de-nabu-21.

Publié par

Mise en ligne du pdf du volume Mémoires de NABU 17 (2015)

Nous sommes heureux d’annoncer la mise en ligne de la version pdf (complète et gratuite) du volume : L. Marti, Ch. Nicolle & K. Shawaly (éds.), Recherches en Haute-Mésopotamie II. Mission archéologique de Bash Tapa (campagnes 2012-2013) et les enjeux de la recherche dans la région d’Erbil, Mémoires de N.A.B.U. 17 (2015). Pour la télécharger, cliquer ici.

La version papier de ce volume peut être commandée dans notre boutique en ligne (30€).

 

We are pleased to announce that the complete edition of: L. Marti, Ch. Nicolle & K. Shawaly (eds.), Recherches en Haute-Mésopotamie II. Mission archéologique de Bash Tapa (campagnes 2012-2013) et les enjeux de la recherche dans la région d’ErbilMémoires de N.A.B.U. 17 (2015) is now available online in PDF format (for free). To download it, click here.

The paper version of this volume can be ordered in our online store (30€).